Archive pour la catégorie 'mot du curé'

Aujourd’hui, l’Abbé Pira nous dit.

J’ai constaté que l’habitude a été prise à Stiring-Wendel et à Schoeneck de ne se lever qu’à la Préface. Or, voilà ce que dit la Présentation Générale du Missel Romain qui précise la manière de célébrer l’eucharistie.

 

43 Les fidèles se tiendront debout depuis, le début du chant d’entrée, ou quand le prêtre se rend à l’autel, jusqu’à la prière d’ouverture (collecte) inclusivement ; au chant de l’Alléluia avant l’Evangile ; pendant la proclamation de l’Evangile ; pendant la profession de foi et la prière universelle ; et depuis l’invitation Ora Fratres (prions ensemble) avant la prière sur les offrandes  jusqu’à la fin de la messe, excepté ce que l’on va dire.

 

Il serait donc bien que l’on adopte la façon de faire de l’Eglise universelle en acceptant de se lever lorsque le prêtre prie « Prions ensemble au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Eglise.

Publié dans:mot du curé |on 16 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Cette semaine l’abbé Hugues nous dit pour la dernière fois…

Capture

Publié dans:mot du curé |on 19 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Aujourd’hui, l’abbé Hugues nous dit:

 

Aujourd'hui, l'abbé Hugues nous dit: dans mot du curé je-suis-jesus

 

 

Après les horreurs de 7 janvier, la France pays des droits de l’homme et des libertés a trouvé un nouveau slogan. « Je suis Charlie ». Excellente trouvaille pour défendre la liberté d’expression et derrière laquelle se sont rangés enfants, jeunes, adultes et personnes âgées, politiciens et artistes, humanistes et religieux….

Alors je me suis mis à rêver. Et si tous ceux qui aiment Jésus, tous ceux qui acceptent ses idées, tous ceux qui croient qu’il est venu donner sa vie pour que tous les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance, tous ceux qui croient en sa parole « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », si tous se mettent à dire « Je suis Jésus », que pourrait-il se passer ?

Publié dans:mot du curé |on 4 mars, 2015 |Pas de commentaires »

La flamme de l’espérance.

L’homme n’est  pas fait pour mourir. C’est  pourquoi la mort d’un proche nous fait tant souffrir.

Brusquement nous ne savons plus rien de l’être aimé. Où est-il parti ? Que ressent-il maintenant ? Quand vais-je le revoir ? Cette attente après la mort peut être très difficile. Il faut se forcer à vivre malgré l’absence, trouver le courage de reprendre des activités quotidiennes, garder en soi la flamme de l’espérance et en éclairer d’autres dans leur propre chagrin.

Tout ceci éprouve nos forces et souvent notre foi. Seul le maître peut dissiper les ténèbres de nos impatiences ou de nos doutes. En effet, lui seul peut réunir tous ceux qui l’aiment.

Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. La mort nous tourne vers Dieu. Mais, qui attend qui finalement ?

Dieu est autant celui que nous attendons que celui qui nous attend. Un véritable père ne peut abandonner ses enfants. Nos défunts sont pour nous le rappel de cette promesse divine. L’évangile de Luc montre que rien n’est perdu en amour. Le bonheur que nous avons vécu ne se disperse pas après la  mort. Il nous rassemble au contraire.

Nous partageons cette espérance avec ceux qui nous ont précédés sur le chemin de la vie et dont l’Eglise fait mémoire aujourd’hui. Le jour des défunts ne doit pas être un jour de tristesse ou de regret. En nous rendant au cimetière, il nous est donné de contempler le projet de Dieu pour l’homme : une immensité et une éternité d’amour qui a déjà commencé pour chacun de nous.

 

Publié dans:mot du curé |on 29 octobre, 2014 |Pas de commentaires »

Cette semaine l’abbé Hugues nous dit.

Cette semaine l'abbé Hugues nous dit. dans mot du curé rentree

Bonne rentrée à tous !

Avec la rentrée scolaire s’ouvre aussi la nouvelle année pastorale pour  notre communauté de paroisses. Pour les enfants qui commencent l’école, la rentrée sonne comme un temps de découverte, d’apprentissage et de nouvelles relations avec le temps et l’environnement ; pour d’autres, c’est le temps de nouvelles acquisitions, du renforcement des compétences et des capacités ; pour d’autres encore c’est le temps de la reprise du travail, le travail étant le moyen d’humaniser la nature et l’homme lui-même.

Du point de vue de la foi la rentrée pastorale est l’occasion d’orienter la vie vers son sens le plus noble, celui de la croissance spirituelle et de renforcer la communion entre les hommes et avec Dieu.

En paroisse, plusieurs personnes reprennent leurs engagements dans la vie ecclésiale : lecteurs, catéchistes, sacristains, chorales, organistes, équipes funérailles, liturgiques et d’animation pastorale, de même aussi tous ceux qui participent aux célébrations commnautaires pour vivre et témoigner de leur foi.

« La moisson est abondante » nous rappelle le Christ et à chacun d’entre nous, il  lance l’appel « allez vous aussi à ma vigne » . Nous avons tous notre place dans l’église, n’hésitons pas à proposer notre service et nos idées pour construire ensemble cette église. Les jeunes attendent beaucoup de  nous, ceux qui ne pratiquent pas notre foi nous observent. Soyons témojns de l’espérance dans une société qui peine à trouver des repères.

Le changement du rythme scolaire nous oblige à adapter notre mode de fonctionnement  pour les préparations à la communion et à la confirmation. Les parents vont être sollicités pour l’animation et l’encadrement des jeune qui se fera en équipe à domicile et en paroisse.

Nous sommes tous des coopérateurs de Dieu et des collaborateurs dans le « le champ du Seigneur ». « Ainsi donc, ni celui qui plante n’est quelque chose, ni celui qui arrose, mais celui qui donne la croissance ; Dieu [...] Chacun recevra recevra son propre salaire selon la peine qu’il se sera donné. » (ICor3,7-8). Que la paix de Dieu garde vos pensée dans le Christ.

En vous souhaitant une bonne rentrée, je vous confie à la tendresse de Dieu : « Que le Christ habite en vos coeurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés sans l’amour. Ainsi vous recevrez la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu’est la Largeur, la Longueur, la Hauteur et la Profondeur, vous connaîtrez l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance et vous entrerez par votre plénitude dans toute la Plénitude de Dieu. » (Eph 3, 17-19)

Votre curé.

Publié dans:mot du curé |on 7 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Le Seigneur des vacances.

Tu es le Seigneur des vacances, pas uniquement des vacances scolaires ou des congés payés! Non ! Le Seigneur de la vacance…

La vie quotidienne nous épuise profondément. Les vacances sont souvent l’occasion de faire le plein  d’énergie, de santé et de joie. Notre coeur n’est pas assez souvent vacant pour être à Ton écoute. Le travail, les soucis, les détresse y sont des locataires encombrants.

Pour habiter notre coeur,  Tu voudrais bien, Seigneur, qu’il y ait un peu de place, un peu de vacances.

Si nous voulons faire le plein de de Ton amour, il nous faut jeter les empêcheurs d’aimer et les replis sur soi.

Toi Seigneur qui vient habiter dans nos coeurs, aide-nous à rentrer en vacances pour te retrouver, là en nous-même, une fois le grand vent des vacances passé.

Seigneur de  l’été, donne-nous toute la tendresse pour ne plus te perdre une fois les vacances passées.

 

Publié dans:mot du curé, Non classé |on 24 août, 2014 |Pas de commentaires »

l’abbé Hugues nous dit.

Résurrection 02

La résurrection du Christ est une source d’une vie nouvelle pour tous ceux qui croient en lui et qui espèrent de lui le salut.

(Abbé Hugues Agbenuti)

Publié dans:mot du curé |on 23 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Cette semaine l’abbé Hugues nous dit,

Jesus

Chaque matin au réveil, Dieu nous fait un clin d’œil. Il ouvre nos yeux à la lumière du jour pour découvrir sa beauté et surtout sa présence en toute chose et en toute personne. Un sourire offert est une pluie de grâce qui inonde celui qui le donne. Ne manquons aucun rendez-vous qui est une bénédiction.

  (Abbé Hugues AGBENUTI)

Publié dans:mot du curé |on 12 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Cette semaine l’abbé Hugues nous dit :

malade

 

Ce dimanche 9 mars notre communauté de paroisse célèbrera le sacrement des malades avec tous nos frères malades et fragiles, tous ceux qui vivent un certain handicap dans leur corps ou dans leur cœur. C’est là pour notre communauté l’occasion d’exprimer sa proximité à tous ses membres souffrants. Soyons vigilants pour inviter et véhiculer les malades ou les personnes âgées surtout ceux qui sont seuls dans nos quartiers, nos rues voire même dans nos immeubles pour prier avec eux et leur offrir une petite détente. La messe sera suivie de café gâteau. Le pape François nous rappelle que « lorsque nous nous approchons avec tendresse de ceux qui ont besoin de soin, nous leur apportons l’espérance et le sourire dans les contradiction du monde. Quand le dévouement généreux envers les autres devient  le style de nos actions, nous faisons une place au cœur du Christ et nous sommes réchauffés, offrant ainsi notre contribution à l’avènement du Royaume de Dieu. (Message pour la journée mondiale du malade 2014).

Abbé Hugues  AGBENUTI

 

Publié dans:mot du curé |on 2 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Sitedneanan |
Harrisonvugr |
Tristanjjbo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | دروس وعبر
| Disciples du Christ -laïcs-...
| مديونة حنين