Archive pour la catégorie 'Non classé'

Psaume : Ps 99 , 1-2, 3, 4, 5.

R/  Allez vers le Seigneur
parmi les chants d’allégresse.

Pour lire le psaume en entier, cliquez ci-dessous.

anes

Publié dans:Non classé |on 18 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon vendredi.

Bon vendredi. Suis-moi

« Les Douze étaient avec lui, ainsi que des femmes »

    En ce qui concerne la mission, le fait d’être homme ou femme n’entraîne aucune restriction, de même que l’action salvifique et sanctifiante de l’Esprit chez l’homme n’est aucunement limitée par le fait qu’il soit Juif ou Grec, esclave ou libre, suivant les paroles bien connues de l’apôtre Paul : « Car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3,28).

    Cette unité ne supprime pas les différences. L’Esprit Saint, qui opère cette unité dans l’ordre surnaturel de la grâce sanctifiante, contribue dans la même mesure au fait que « vos fils et vos filles prophétiseront » (Jl 3,1). Prophétiser, cela veut dire exprimer par la parole et par la vie « les merveilles de Dieu » (Ac 2,11), en sauvegardant la vérité et l’originalité de chaque personne, homme ou femme. L’égalité évangélique, la parité de la femme et de l’homme vis-à-vis des merveilles de Dieu, telle qu’elle s’est manifestée d’une manière si claire dans les œuvres et les paroles de Jésus de Nazareth, constitue le fondement le plus évident de la dignité et de la vocation de la femme dans l’Eglise et dans le monde. Toute vocation a un sens profondément personnel et prophétique. Dans la vocation ainsi comprise, la personnalité de la femme trouve une dimension nouvelle : c’est la dimension des « merveilles de Dieu » dont la femme devient le vivant sujet et le témoin irremplaçable.

 

 

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Lettre apostolique « Mulieris dignitatum » § 16 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

Publié dans:Non classé |on 17 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon jeudi.

Bon jeudi. Jesus-consolation

La pécheresse pardonnée à cause de son grand amour

 

 Les deux amours. En invitant Jésus à prendre un repas chez lui, le pharisien Simon veut se montrer aimable, prêt à un dialogue franc et ouvert, alors que l’agir de Jésus suscite en lui et en ses confrères des questionnements, puisqu’il enfreint certains codes moraux, avec une autorité apparemment auto-attribuée. Sous ce semblant de charité, notre pharisien cache une attitude de suspicion foncière, qui l’incline inconsciemment à la critique. Cette critique n’a rien à voir avec un discernement purifié de tout préjugé, ouvert à la recherche de la vérité.
La pécheresse, de son côté, vient à Jésus le cœur aussi rempli d’amour que son vase est rempli de parfum précieux. Son dialogue avec Jésus n’est pas « franc et ouvert », comme celui de quelqu’un qui est à la même hauteur que ce maître divin, c’est l’amour d’une âme qui s’est vue bénéficiaire de l’amour de Jésus, de son pardon, de sa grandeur morale et de son intégrité.

 

Cette méditation a été écrite par Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Publié dans:Non classé |on 16 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon mercredi.

Jesus Christ

Faux prétextes

 

Cette petite parabole peut sembler obscure. Aussi Jésus l’explique-t-il aussitôt. Jean-Baptiste qui jeûnait, se fait traiter de possédé. Jésus, lorsqu’il ne jeûne pas, se fait traiter de débauché. Ainsi Jésus fait bien ressortir un point. En réalité, l’opposition à Jean-Baptiste et à Jésus n’est pas due à une question de jeûne. Il y a un problème plus profond. Celui de ne pas vouloir accueillir la voix de Dieu lorsqu’elle essaie de se faire entendre.

Cette situation se répète d’une certaine manière pour nous tous. Dieu nous parle, et parfois nous faisons tout ce qui est possible pour trouver un prétexte afin de ne pas l’écouter, et ne pas devoir conformer notre vie à ce qu’il nous demande. Voilà pourquoi un examen de conscience sérieux est nécessaire de manière régulière, afin de voir si, à cause de notre peur de changer certains aspects de notre vie, de notre peur d’une véritable conversion, nous n’utilisons pas de faux prétextes pour ne pas écouter ce que Dieu veut nous dire, ce que Dieu nous demande.

 

Cette méditation a été écrite par Frère Jean Marie Fornerod, LC

Publié dans:Non classé |on 15 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Notre-Dame des Sept-Douleurs

nd7douleurs-2

 

 

Le 15 septembre (depuis la restauration liturgique du Pape Saint Pie X en 1914), la Liturgie de l’Église nous invite à faire mémoire des douleurs de la Vierge Marie, Mère de notre Sauveur. « Votre peine, Vierge sacrée, a été la plus grande qu’une pure créature ait jamais endurée ; car toutes les cruautés que nous lisons que l’on a fait subir aux martyrs, ont été légères et comme rien en comparaison de Votre douleur. Elle a été si grande et si immense, qu’elle a crucifié toutes Vos entrailles et a pénétré jusque dans les plus secrets replis de Votre Cœur. Pour moi, ma très pieuse Maîtresse, je suis persuadé que Vous n’auriez jamais pu en souffrir la violence sans mourir, si l’esprit de vie de Votre aimable Fils, pour lequel Vous souffriez de si grands tourments, ne Vous avait soutenue et fortifiée par Sa puissance infinie » (Saint Anselme - « De l’exercice de la Vierge », I, 5)

 La « mémoire obligatoire » de Notre-Dame des Sept-Douleurs a pour but de nous rappeler le martyre inouï qu’endura  Marie en tant que Co-Rédemptrice du genre humain. L’Église honore en ce jour Ses incomparables douleurs, spécialement celles qu’Elle ressentit au pied de la Croix au moment de la consommation du mystère de notre Rédemption. Après s’être concentré sur le déchirement de l’âme de Marie au jour de la Passion de Son Divin Fils, jour où Ses souffrances atteignirent leur maximum d’intensité, la piété des fidèles s’est étendue à d’autres douleurs que la Divine Mère éprouva à différentes occasions de Sa Très Sainte vie. Pour illustrer les douleurs de la Vierge Mère, les peintres représentent Son Cœur percé de sept glaives, symbole des sept douleurs principales de la Mère de Dieu, qui la couronnèrent comme Reine des Martyrs. Voici la liste de ces sept douleurs dont le souvenir est cher aux vrais enfants de Marie :

      

1. La prophétie du Saint Vieillard Syméon (Luc, 2, 34-35)

2. La fuite de la Sainte Famille en Égypte (Matthieu, 2, 13-21)

3. La disparition de Jésus pendant trois jours au Temple (Luc, 2, 41-51)

4. La rencontre de la Vierge Marie et Jésus sur la via dolorosa (Luc, 23, 27-31)

5. Marie contemplant la souffrance et la mort de Jésus sur la Croix (Jean, 19, 25-27)

6. La Vierge Marie accueille Son Fils mort dans Ses bras lors de la déposition de Croix.

7. La Vierge Marie abandonne le Corps de Son Divin Fils lors de la mise au Saint Sépulcre.

 

 

Source http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-10060261.html

Publié dans:Non classé |on 14 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Messe du 14 septembre.

 Au sommaire : Des reportages, des interviews et la messe à la grotte de Massabielle permettront de découvrir les hommes et femmes de ce diocèse des Hautes-Pyrénées, connu du grand public pour les sanctuaires de Lourdes. Célébrée en la Grotte de Massabielle, à Lourdes (65). Président et prédicateur : monseigneur Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes. Gros plan sur l’actualité du diocèse de Tarbes-Lourdes.

Pour tous ceux qui n’ont pas pu assister à la messe de ce dimanche, cliquez ci-dessous.

75d88bccafe77ceaf5e2da03c220b85e4a97d9cec4837

Publié dans:Non classé |on 14 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon vendredi.

clipart-jesus-RcGKAajcL

« Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil »

1. « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? » (Lc 6,39). Jésus dit à mon âme : sais-tu qui sont les vrais aveugles, Philothée ? Ce sont ceux qui malheureusement ne connaissent pas l’amour que j’ai pour eux. Moi, je suis « la vraie Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde » (Jn 1,9). Ceux qui me reconnaissent et qui croient en mon amour vivent dans la lumière. Demeurez en ma lumière en vous aimant les uns les autres et vous deviendrez ainsi des enfants de la lumière. En effet, « l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jn 4,7-8).

 

Cette méditation a été écrite par Frère Martin Baud, LC

Publié dans:Non classé |on 11 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon Jeudi.

Trinite2011

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux »

 

La logique divine de l’amour a une autre échelle de valeurs, et en cela nous trouvons une grande différence : nous voyons bien, en effet, que les biens de ce monde sont importants dans la mesure où ils nous aident à vivre et à progresser spirituellement dans notre union avec le Seigneur. Dans cette optique-là, les offenses et les biens de ce monde valent moins qu’un acte d’amour envers mon prochain, qui a besoin de connaître la miséricorde de Dieu. C’est ainsi que, s’opposant à la loi du talion (œil pour œil et dent pour dent), le Seigneur nous demande de ne pas juger, de ne pas condamner, de pardonner, de donner et de faire un acte de charité dans la journée envers une personne avec laquelle je ne m’entends pas très bien.

 

 

Cette méditation a été écrite par Un père légionnaire du Christ

Publié dans:Non classé |on 9 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon mercredi.

 

Bon mercredi. ChristEnseignant%25202009%2520peintre-icone

« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous »

« Et lui, levant les yeux sur ses disciples, disait… » Ce message est adressé directement aux disciples. Permettons que Jésus pose aussi sur nous ses yeux. Laissons-nous regarder par Jésus quand il prononce ses paroles. Quand quelqu’un nous interpelle à propos d’un sujet, nous pouvons dévier le regard. Nous sommes dérangés par le message, nous avons du mal à l’accueillir. En revanche, si, comme un enfant avec simplicité, nous nous laissons instruire, nous pouvons soutenir le regard de la personne qui nous parle. Sans être blessé, sinon en accueillant simplement, nous essayons de comprendre le trésor que l’autre veut nous transmettre.

 

 

Cette méditation a été écrite par Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi.

Publié dans:Non classé |on 8 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bon mardi.

 

Bon mardi. NativiteSteVierge---copie_20140905170417545997

En Marie humilité et magnanimité vont de pair.

 

Essayons d’entrer dans le mystère du cœur de Marie. Nous avons écouté dans l’Évangile son « silence ». Elle a reçut l’annonce de l’ange, elle est promise à Joseph. Elle ne va pas rencontrer Joseph pour lui expliquer. Elle choisit le silence et elle choisit d’attendre. Pour quoi Marie réagit-elle comme cela ? Elle sait qu’elle, elle n’a rien à dire. Dieu, qui a eu l’initiative envers elle, aura aussi l’initiative envers Joseph. Quelle force d’âme pour choisir ainsi le silence dans une situation si délicate. Quelle foi et quel respect envers Dieu ! Elle sait que c’est son plan de salut, que ce n’est pas son affaire ; ou plus encore, elle sait que Dieu est présent là, maintenant, comme il l’a été et il est toujours présent à ses côtés, et maintenant en elle. Cette présence est forte, elle comble le vide, le « silence » que nous percevons. Peut-être Marie percevait-elle tellement la présence de Dieu dans le monde, que pour elle il n’y avait pas de vide, de silence, mais au contraire une grande et forte présence de Dieu.

 

Cette méditation a été écrite par Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi

Publié dans:Non classé |on 7 septembre, 2015 |Pas de commentaires »
12345...29

Sitedneanan |
Harrisonvugr |
Tristanjjbo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | دروس وعبر
| Disciples du Christ -laïcs-...
| مديونة حنين