Bon vendredi.

Bon vendredi. Suis-moi

« Les Douze étaient avec lui, ainsi que des femmes »

    En ce qui concerne la mission, le fait d’être homme ou femme n’entraîne aucune restriction, de même que l’action salvifique et sanctifiante de l’Esprit chez l’homme n’est aucunement limitée par le fait qu’il soit Juif ou Grec, esclave ou libre, suivant les paroles bien connues de l’apôtre Paul : « Car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3,28).

    Cette unité ne supprime pas les différences. L’Esprit Saint, qui opère cette unité dans l’ordre surnaturel de la grâce sanctifiante, contribue dans la même mesure au fait que « vos fils et vos filles prophétiseront » (Jl 3,1). Prophétiser, cela veut dire exprimer par la parole et par la vie « les merveilles de Dieu » (Ac 2,11), en sauvegardant la vérité et l’originalité de chaque personne, homme ou femme. L’égalité évangélique, la parité de la femme et de l’homme vis-à-vis des merveilles de Dieu, telle qu’elle s’est manifestée d’une manière si claire dans les œuvres et les paroles de Jésus de Nazareth, constitue le fondement le plus évident de la dignité et de la vocation de la femme dans l’Eglise et dans le monde. Toute vocation a un sens profondément personnel et prophétique. Dans la vocation ainsi comprise, la personnalité de la femme trouve une dimension nouvelle : c’est la dimension des « merveilles de Dieu » dont la femme devient le vivant sujet et le témoin irremplaçable.

 

 

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Lettre apostolique « Mulieris dignitatum » § 16 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

Publié dans : Non classé | le 17 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,1-3.

En ce temps-là, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient,
ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons,
Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources.

Publié dans : Evangile du jour | le 17 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Psaume : Ps 48 , 6-7, 8-9, 17-18, 19-20.

R/ Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux !

Pour écouter le psaume et la méditation, cliquez ci-dessous.

anes

Publié dans : psaume du jour | le 17 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Sainte Nadège.

Sainte Nadège. dans Saint du jour 220px-Sophia_the_Martyr

Nadège de Rome, vierge et martyre à Rome avec sa mère Sophie (la sagesse) et ses deux sœurs Véra (la Foi) et Lioubov (la Charité), sous le règne d’Hadrien au II ème siècle.

Publié dans : Saint du jour | le 17 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Bon jeudi.

Bon jeudi. Jesus-consolation

La pécheresse pardonnée à cause de son grand amour

 

 Les deux amours. En invitant Jésus à prendre un repas chez lui, le pharisien Simon veut se montrer aimable, prêt à un dialogue franc et ouvert, alors que l’agir de Jésus suscite en lui et en ses confrères des questionnements, puisqu’il enfreint certains codes moraux, avec une autorité apparemment auto-attribuée. Sous ce semblant de charité, notre pharisien cache une attitude de suspicion foncière, qui l’incline inconsciemment à la critique. Cette critique n’a rien à voir avec un discernement purifié de tout préjugé, ouvert à la recherche de la vérité.
La pécheresse, de son côté, vient à Jésus le cœur aussi rempli d’amour que son vase est rempli de parfum précieux. Son dialogue avec Jésus n’est pas « franc et ouvert », comme celui de quelqu’un qui est à la même hauteur que ce maître divin, c’est l’amour d’une âme qui s’est vue bénéficiaire de l’amour de Jésus, de son pardon, de sa grandeur morale et de son intégrité.

 

Cette méditation a été écrite par Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Publié dans : Non classé | le 16 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,36-50.

 
En ce temps-là, un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.
Survint une femme de la ville, une pécheresse. Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien, elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et répandait sur eux le parfum.
En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »
Jésus, prenant la parole, lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. »
Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante.
Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’aimera davantage ? »
Simon répondit : « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce de la plus grande dette. – Tu as raison », lui dit Jésus.
Il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux.
Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ; elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.
Voilà pourquoi je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »
Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »
Les convives se mirent à dire en eux-mêmes : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

Publié dans : Evangile du jour | le 16 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Psaume : Ps 110, 7-8, 9, 10.

R/ Grandes sont les œuvres du Seigneur !

Pour lire le psaume et écouter la méditation  cliquez ci-dessous.

anes

 

Publié dans : psaume du jour | le 16 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Saint Renaud.

 

Saint Renaud. dans Saint du jour imgp6754

 

Ermite
(† 1104)

 

Renaud a une étymologie germanique : de « ragin », conseil et « wald », qui gouverne. Il signifie en quelque sorte « le conseiller du prince ».

Renaud, Régnault ou Reginaldus, était chanoine à Soissons.

Il rencontra Robert d’Arbrissel,ermite et moine breton,  grand réformateur du clergé régulier, il s’en va  avec lui dans la forêt de Craon en Mayenne mais alors que Robert part fonder l’abbaye de Fontevrault, Renaud reste dans la forêt où il vit en solitaire et y meurt en 1104.

Publié dans : Saint du jour | le 16 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Aujourd’hui, l’Abbé Pira nous dit.

J’ai constaté que l’habitude a été prise à Stiring-Wendel et à Schoeneck de ne se lever qu’à la Préface. Or, voilà ce que dit la Présentation Générale du Missel Romain qui précise la manière de célébrer l’eucharistie.

 

43 Les fidèles se tiendront debout depuis, le début du chant d’entrée, ou quand le prêtre se rend à l’autel, jusqu’à la prière d’ouverture (collecte) inclusivement ; au chant de l’Alléluia avant l’Evangile ; pendant la proclamation de l’Evangile ; pendant la profession de foi et la prière universelle ; et depuis l’invitation Ora Fratres (prions ensemble) avant la prière sur les offrandes  jusqu’à la fin de la messe, excepté ce que l’on va dire.

 

Il serait donc bien que l’on adopte la façon de faire de l’Eglise universelle en acceptant de se lever lorsque le prêtre prie « Prions ensemble au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Eglise.

Publié dans : mot du curé | le 16 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Bon mercredi.

Jesus Christ

Faux prétextes

 

Cette petite parabole peut sembler obscure. Aussi Jésus l’explique-t-il aussitôt. Jean-Baptiste qui jeûnait, se fait traiter de possédé. Jésus, lorsqu’il ne jeûne pas, se fait traiter de débauché. Ainsi Jésus fait bien ressortir un point. En réalité, l’opposition à Jean-Baptiste et à Jésus n’est pas due à une question de jeûne. Il y a un problème plus profond. Celui de ne pas vouloir accueillir la voix de Dieu lorsqu’elle essaie de se faire entendre.

Cette situation se répète d’une certaine manière pour nous tous. Dieu nous parle, et parfois nous faisons tout ce qui est possible pour trouver un prétexte afin de ne pas l’écouter, et ne pas devoir conformer notre vie à ce qu’il nous demande. Voilà pourquoi un examen de conscience sérieux est nécessaire de manière régulière, afin de voir si, à cause de notre peur de changer certains aspects de notre vie, de notre peur d’une véritable conversion, nous n’utilisons pas de faux prétextes pour ne pas écouter ce que Dieu veut nous dire, ce que Dieu nous demande.

 

Cette méditation a été écrite par Frère Jean Marie Fornerod, LC

Publié dans : Non classé | le 15 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »
1...34567...113

Sitedneanan |
Harrisonvugr |
Tristanjjbo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | دروس وعبر
| Disciples du Christ -laïcs-...
| مديونة حنين